AOC ou Libre Expression ?

AOC ou Libre Expression ?

La France est un vieux pays viticole qui a depuis longtemps encadré la production de vin. Lors de la création des appellations d’origine, l’objectif fut sans doute de définir et de protéger la notion de terroir et de répertorier les pratiques et savoir-faire qualitatifs et traditionnels. C’est une idée à laquelle nous pourrions souscrire. Mais quelle meilleure protection du terroir qu'une agriculture respectueuse de la vie des sols et des cycles biologiques ? Et où réside la singularité d’un vin lorsque tout l’arsenal des techniques œnologiques "additives" ou "soustractives" est autorisé pour modifier la vendange récoltée ?

Nous sommes sortis de l’appellation contrôlée pour retrouver nos propres contraintes : celles de l’écologie appliquée, de l’adaptation au milieu et de la  singularité du vin. C'est actuellement le cahier des charges de Nature et Progrès et son système de garantie participative qui traduit le mieux nos aspirations.

Nous militons pour le retour des cépages oubliés mais aussi pour la naissance éventuelle de nouveaux cépages, issus de croisements et de sélections, renouant ainsi avec la reproduction sexuée de la vigne, avec le savoir-faire ancien de générations de paysans.

Nous voudrions que revienne la biodiversité parcellaire par l’utilisation de sélections massales, de plantation pluri clonales ou pluri variétales car nous pensons que la variabilité parcellaire est un gage de résistance et d’adaptation.

Nous souhaitons avoir la liberté d’expérimenter de nouvelles techniques ou d’anciennes pratiques : en période de changement climatique, la crise viticole peut être l’occasion d’une profonde remise en cause collective.

La vigne n’est pas une culture alimentaire et en ce sens, elle ne nous est pas indispensable. Pourtant, si le vin nous accompagne depuis si longtemps, c’est sans doute que nous ne pouvons pas vraiment nous en passer : parce qu’il libère la parole, symbolise le partage, ouvre les portes de la poésie, des mythes et de la création,… Par son rapport au terroir, il reste un lien irremplaçable entre la terre et l’homme.

Comments are disabled.